top of page
Rechercher

UKRAINE : RIEN EST CE QUI SEMBLE ETRE

Reprenons les choses un peu depuis le début.


En 2014, la Crimée (péninsule de l'Ukraine) a organisé un référendum populaire. 95% des citoyens ont voté pour être annexés à la Russie parce qu'ils étaient et sont majoritairement russes. Le président Poutine a accepté leur indépendance et a déclaré la Crimée comme territoire russe. Bien que l'OTAN et la communauté internationale n'approuvaient pas cette situation, ils l'ont tout de même toléré.


Simultanément, les provinces de Donetsk et de Luhansk ont également déclaré leur indépendance en 2014. Cette décision n'a pas été acceptée par le président ukrainien de l'époque, M. Porochenko. Par ailleurs, Zelensky, alors acteur, s'est bien moqué des Russes de Donetsk et de Louhansk dans plusieurs émissions de télévision et, accessoirement, aussi des citoyens de Crimée qui avaient entre-temps été privés d'eau par Porochenko et qui, lui, peu de temps après, a obtenu le rôle principal d'une série télévisée dans laquelle il jouait le rôle du président .

Porochenko a délibérément dressé le peuple ukrainien contre les Russes, cultivé une culture de haine et commencé à bombarder quotidiennement les provinces de Donetsk et de Louhansk, tuant plusieurs milliers de civils innocents, dont de nombreux petits enfants.


En 2015, deux accords successifs visant à rétablir la paix (appelés " Minsk I et Minsk II ") ont été conclus par la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'OTAN. Ces accords n'ont jamais été respectés par l'Ukraine et l'Occident. Le bombardement des provinces de Donetsk et de Luhansk s'est poursuivi sans relâche. Pendant ce temps, au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis, des bataillons nazis ukrainiens ont été formés (connus sous le nom de " Azzov ") et des quantités d'armes sans précédent fournies à l'Ukraine par l'Occident.


Le président Poutine a insisté à de nombreuses reprises sur le respect des accords de Minsk et a fait savoir qu'il n'attendrait pas indéfiniment. En réaction à l'armement fort de l'Ukraine, il a envoyé des troupes à la frontière russe avec les provinces de Donetsk et de Louhansk fin 2021 et a signalé que si une solution n'était pas trouvée rapidement, il réglerait le problème à sa manière. De nombreuses soi-disant négociations de paix ont eu lieu, mais l'Occident n'a jamais eu l'intention de parvenir effectivement à un accord permettant de maintenir la paix. Poutine a exigé des garanties que l'OTAN n'utiliserait jamais d'armes nucléaires contre la Russie. L'OTAN et les États-Unis ont refusé de donner cette garantie.


Le 08.02.2022, les provinces de Donetsk et de Luhansk ont officiellement déclaré leur indépendance. La Russie a officiellement reconnu leur indépendance par décret. Le lendemain, l'Ukraine, cette fois sous les auspices du président Zelensky, a considérablement augmenté ses bombardements sur les deux États. De nombreux civils innocents ont été tués une fois de plus. Cela a été filmé par des journalistes occidentaux qui ont eu le courage de se rendre dans la région.


Le président Poutine a lancé un ultimatum qui a été ignoré par l'Occident.

Le 24.02.2022, Poutine - à la demande des présidents des provinces indépendantes de Donetsk et de Luhansk - a envahi les deux provinces avec ses forces pour libérer la population. Il a appelé et appelle toujours cela "une opération militaire spéciale" à laquelle il est tenu par les lois internationales lorsqu'une nation est en détresse et appelle à l'aide.


Le président Zelensky a immédiatement publié un ordre ordonnant à tous les hommes ukrainiens de plus de 18 ans de prendre les armes. Ceux qui ont résisté, refusé ou tenté de fuir ont été abattus.

En plus de la grande quantité d'armes fournies à l'Ukraine par la communauté internationale bien avant l'invasion, des quantités sans précédent d'armes lourdes et d'avions militaires ont été livrées au pays depuis le 24.02.2022. Personne ne sait ce qui est arrivé à toutes ces armes.

De nombreuses informations circulent selon lesquelles les livraisons internationales d'armes sont revendues et apparaissent sur le marché noir.

L'Ukraine continue de demander des armes sans justifier d'aucune manière ce qu'elle a fait des armes déjà livrées, ni le sort qu'elles ont subi, ni pourquoi et pour quoi les nouvelles livraisons d'armes sont nécessaires.


L'Ukraine a également reçu une quantité stupéfiante de fonds au cours des 11 derniers mois. Les milliards de soutien financier des États-Unis, de l'UE et des différents États sont innombrables. Mais là encore, aucune justification n'est présentée. Tout citoyen qui souhaite obtenir un prêt (remboursable) doit en rendre compte, indiquer à quoi il souhaite utiliser le prêt et présenter une preuve de son investissement. Pour les nombreuses subventions gratuites à l'Ukraine, en revanche, aucune question n'est posée.

Zelensky demande des millions et des milliards et Zelensky obtient ce qu'il demande. Sans plus. Il n'a pas de comptes à rendre, ni à présenter des comptes sur ses dépenses ou ses intentions de dépenses. Nous n'avons aucune idée de ce à quoi servent les nombreux milliards.


Tous les gouvernements ainsi que la presse internationale parlent de " la guerre en Ukraine ". Personne n'a la bonne décence d'indiquer où se situe exactement cette guerre. Aucun média n'a jamais montré une carte du pays entier indiquant où se trouve la zone de guerre. Les combats entre les armées ukrainienne et russe se déroulent exclusivement à l'Est. Dans le reste du pays, il ne se passe rien. La vie là-bas se déroule comme d'habitude.


L'Ukraine est un pays immense. Il couvre une superficie totale de 63 500 km2 (dont 7 % d'eau). Elle est 14,4 fois plus grande que les Pays-Bas et 19,7 fois plus grande que la Belgique. Son littoral est long de 2 782 km. La frontière avec la Russie est longue de 1 576 km et la distance entre le Nord et le Sud est de 900 km. Vous trouverez ci-dessous une carte montrant la zone de guerre telle qu'elle était au début du mois de janvier 2023. Cette zone couvre à peine 15 % du territoire total.


D'où viennent les millions de réfugiés ukrainiens (cf. l'afflux massif de réfugiés qui a commencé dans les premières semaines après l'invasion) ?

Pas de la région de Donbas ou de Luhansk. Ceux qui ne sont pas restés pour se battre ont fui vers la Russie où ils ont été accueillis à bras ouverts.

D'où, alors ? Eh bien, pour la majorité, des parties du pays où rien ne se passait et ne se passe toujours rien. Il s'agit pour la plupart de femmes avec enfants dont les maris avaient été appelés sous les armes et qui n'osaient pas rester derrière toute seule. Elles ont eu la possibilité de partir et d'être pris en charge en Europe, aux États-Unis et au Canada, de bénéficier d'un logement et d'un revenu gratuits bien supérieurs à ce qu'ils pourraient jamais gagner dans leur propre pays et ... ils sont partis. Celles qui sont passés devant les caméras des médias ont régurgité des histoires sur les grandes peurs qu'elles ont endurées au péril de leur vie, histoires dont la véracité n'a pas été vérifiée.


La machine de propagande tourne à plein temps. L'Ukraine et son peuple sont présentés comme des victimes et la Russie comme le grand méchant loup. Bien que l'Ukraine ne fasse partie ni de l'UE ni de l'OTAN et que ni l'une ni l'autre n'ait la moindre intention de la faire rejoindre prochainement pour bénéficier des avantages de l'adhésion, Ursula von der Leyen et les présidents et premiers ministres des différents pays parlent du pays comme s'il faisait partie de l'UE.

Ils continuent de lancer des milliards et des armes vers l'Ukraine alors que les Européens gémissent sous l'inflation et les mesures prises par l'UE à l'égard de la Russie, avec laquelle elle n'a fait que se tirer une balle dans son pied, aux dépens de sa propre population.


En 2014, Georges Attali, ancien conseiller personnel du président français Giscart d' Estaing a annoncé lors d'un débat politique qu'une nouvelle guerre allait éclater et commencer en Ukraine. Comment l'homme le savait-il ? Simple. C'était prévu, planifié et c'est ainsi que cela s'est passé.


Rien n'est ce qu'il semble être.







2 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page