top of page
Rechercher

RAPPORT DE LA FAO (ONU) : "LES PRIX ALIMENTAIRES SONT 19,7 % PLUS BAS QU'IL Y A UN AN

L'indice de référence des prix alimentaires internationaux a augmenté en avril pour la première fois depuis un an, sous l'effet de la hausse des cours mondiaux du sucre, de la viande et du riz, indique l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) le 05.05.2023.

L'indice des prix alimentaires de la FAO, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux des produits alimentaires couramment échangés, s'est établi en moyenne à 127,2 points en avril, en hausse de 0,6 pour cent par rapport à mars.

À ce niveau, l'indice était inférieur de 19,7 pour cent à celui d'avril 2022, mais toujours supérieur de 5,2 pour cent à celui d'avril 2021.

L'indice FAO des prix du sucre a augmenté de 17,6 pour cent par rapport à mars, atteignant son niveau le plus élevé depuis octobre 2011, reflétant des attentes et des résultats de production plus faibles en Inde, en Chine, en Thaïlande et dans l'Union européenne en raison de conditions météorologiques sèches et d'un démarrage lent de la récolte de canne à sucre au Brésil, ainsi que des prix internationaux du pétrole brut plus élevés, ce qui pourrait augmenter la demande d'éthanol à base de canne à sucre.


L'indice FAO des prix de la viande a augmenté de 1,3 % au cours du mois, principalement en raison de cotations plus élevées pour le porc, suivies par les prix de la volaille, qui ont augmenté en raison de la demande d'importation asiatique et des réductions de production dues à des problèmes de santé animale. Les prix internationaux de la viande bovine ont également augmenté en raison d'une baisse de l'offre de bétail d'abattage, en particulier aux États-Unis.

Parallèlement, les indices de prix des autres grandes catégories de produits alimentaires, à l'exception du riz, ont continué à baisser.

L'indice FAO des prix des céréales a baissé de 1,7 pour cent par rapport à mars, s'établissant en moyenne à 19,8 pour cent en dessous de la valeur d'avril 2022. Les prix internationaux du blé ont chuté de 2,3 pour cent, principalement en raison d'importantes possibilités d'exportation en Australie et dans la Fédération de Russie. Les prix mondiaux du maïs ont chuté de 3,2 pour cent, l'offre en Amérique du Sud ayant augmenté de manière saisonnière avec les récoltes en cours. Dans un contexte de moindres récoltes dues à des coûts d'intrants plus élevés et à des conditions météorologiques défavorables, en particulier en dehors de l'Asie, les ventes aux acheteurs asiatiques ont stimulé les prix internationaux du riz.


"Il est important que nous continuions à suivre de près les tendances des prix et les raisons de leur augmentation. Alors que les économies se remettent d'un ralentissement significatif, la demande augmentera, exerçant une pression à la hausse sur les prix des denrées alimentaires", a déclaré M. Maximo Torero, économiste en chef de la FAO. "Parallèlement, la hausse des prix du riz est extrêmement préoccupante et il est essentiel de renouveler l'Initiative de la mer Noire pour éviter d'autres flambées des prix du blé et du maïs", a-t-il ajouté.


L'indice FAO des prix des huiles végétales a chuté de 1,3 % ce mois-ci, enregistrant sa cinquième baisse mensuelle consécutive. Les prix mondiaux de l'huile de palme sont restés stables, tandis que les cotations des huiles de soja, de colza et de tournesol ont chuté en raison de la pression saisonnière exercée par une éventuelle récolte record de soja au Brésil.

L'Indice FAO des prix des produits laitiers a chuté de 1,7 pour cent, sous l'effet de la faiblesse persistante de la demande mondiale d'importations de poudres de lait et de l'augmentation des disponibilités pour l'exportation de fromage en Europe de l'Ouest.


Prévisions actualisées de la production et du commerce

Dans une nouvelle note sur l'offre et la demande de céréales, également publiée le 05.05.2023, la FAO a mis à jour ses prévisions de production mondiale de blé pour 2023. La production mondiale est désormais estimée à 785 millions de tonnes, la deuxième plus importante jamais enregistrée, mais inférieure à celle de la saison dernière, principalement parce que l'Australie et la Fédération de Russie ont produit moins qu'en 2022.


En ce qui concerne le maïs, la production du Brésil devrait atteindre un niveau record, tandis que celle de l'Argentine devrait être inférieure à la moyenne en raison de la sécheresse prolongée et des vagues de chaleur. Les conditions météorologiques favorables ont stimulé les attentes en matière de rendement en Afrique du Sud, où l'on s'attend à la deuxième récolte la plus importante jamais enregistrée.


En revanche, les perspectives de production de riz en 2023/24 le long et au sud de l'équateur sont mitigées, en grande partie à cause des effets de La Niña qui varient d'une région à l'autre. A l'avenir, l'émergence possible du phénomène El Niño durant l'été de l'hémisphère nord devra être surveillée de près.


La FAO a revu à la hausse ses prévisions antérieures pour le commerce mondial des céréales en 2022/23 à 472 millions de tonnes, soit quelque 2,2 pour cent de moins que le niveau record de la saison dernière. Le commerce mondial du blé devrait augmenter de 2,3 pour cent, tandis que celui des céréales secondaires devrait chuter de 5,5 pour cent. Le commerce international du riz devrait se contracter de 4,4 pour cent en glissement annuel en 2023.


En 2022/23, la consommation mondiale de céréales devrait atteindre 2 780 millions de tonnes et les stocks mondiaux de fin de campagne 855 millions de tonnes. Sur la base de ces dernières projections, les stocks mondiaux de céréales atteindraient 29,8 pour cent en 2022/23, soit une légère baisse par rapport aux 30,8 pour cent des 12 mois précédents, mais un approvisionnement mondial relativement confortable, selon la FAO.



Alors, que dit exactement ce rapport et que ne dit-il pas (mais pour un bon entendeur bel et bien entre les lignes) ?


0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page