top of page
Rechercher

NETANYAHU SUR SON DEAL AVEC PFIZER

Depuis le 29 décembre 2022, Benjamin Netanyahu (° 21.10.1949 ) est à nouveau premier ministre d'Israël. Il l'avait déjà été de 1996 à 1999 et de 2009 à fin 2021. Dernièrement, son projet de loi visant à réformer en profondeur le système judiciaire a de nouveau fait l'objet de vives critiques. En particulier, son projet de retirer à la Cour suprême le pouvoir d'annuler des lois et autres règlements s'ils ne sont pas conformes à d'autres lois et de donner à soi-même, ainsi qu'à son gouvernement, un pouvoir encore plus important, a suscité la colère de la population. Les manifestations contre cette réforme se sont poursuivies pendant des semaines. Pour calmer les esprits, M. Netanyahy a finalement annoncé qu'il avait remis le projet de loi sur la glace, ce qui n'a toutefois pas plu à l'opposition et à la population. Ils veulent que le projet de loi soit écarté.


Cependant, ce que la presse ne diffuse pas, mais continue de faire rage dans les veines de la population, c'est le fait que Netanyahou a utilisé son peuple comme cobaye pour le vaccin expérimental de Pfizer. Israël a été le premier pays à commencer à vacciner l'ensemble de sa population. Plus d'un mois avant le Royaume-Uni, qui a été le deuxième pays à commencer la vaccination de masse, tous les autres pays participants ayant suivi peu après.

Le vaccin n'était officiellement pas obligatoire, mais la pression exercée sur les citoyens israéliens a été telle que la grande majorité d'entre eux se sont fait injecter. Les réfractaires à la vaccination ont été privés de leurs droits, licenciés, privés d'accès aux services publics et soumis à de véritables horreurs qui ont été étouffées par les médias, mais qui ont évidemment été divulguées par tous les canaux alternatifs possibles, y compris une quantité impressionnante d'images.

Très rapidement, il a été révélé que de très nombreuses personnes étaient décédées ou avaient subi de graves effets secondaires peu après avoir été vaccinées avec le produit de Pfizer. Une station de radio courageuse a diffusé tous les jours, toute la journée, les noms des personnes décédées, leur statut, leur âge, la date de leur vaccination et la date de leur décès. Mais cela n'a pas convaincu Netanyahou d'arrêter la vaccination de masse. Son accord avec Pfizer a pris le dessus.


Dans la vidéo ci-dessous, Netanyahu explique, lors d'une interview, en quoi consistait l'accord avec Pfizer et quel en était l'objectif. Il importe de préciser que Netanyahu n'a pas fait tout cela à titre gratuit. Israël a reçu quelques dizaines de millions d'euros de Pfizer. Il ne le dit pas de vive voix, mais c'est bel et bien le cas.

Écoutez attentivement chaque mot qu'il prononce.

Israël était et est toujours un projet pilote qui sera mis en œuvre dans d'autres pays ou qui a peut-être déjà été mis en œuvre et enregistré dans une banque de données.

Cela n'a pas été difficile. Lors de la pandémie corona, l'ADN de la grande majorité de la population de tous les pays concernés a été collecté par le biais du test PCR.

Le Royaume-Uni a intégré la collecte de l'ADN de tous les citoyens dans une loi antiterroriste adoptée à la fin du mois de mars 2020. Cette loi prévoyait que tous les gouvernements seraient autorisés à prélever l'ADN de tous les citoyens pour une période de six mois, renouvelable une fois pour une durée maximale de six mois. À cette époque, les tests PCR n'étaient pas encore disponibles. Ceux-ci ne sont apparus qu'en mai 2020. Soudainement, des dizaines de millions de tests PCR étaient disponibles dans chaque pays et les tests étaient massifs. Non seulement sur les personnes malades, mais aussi sur les personnes sans symptômes. Lorsque cette loi britannique a été rendue publique, le lien entre cette loi et le test PCR qui prélève l'ADN a été rapidement établi.

Un article précédent expliquait ce qu'il est advenu des tests PCR utilisés. Les autorités, y compris en Belgique et aux Pays-Bas, ont admis que les tests PCR usés étaient conservés pendant plusieurs mois, qu'ils pouvaient être utilisés pour d'autres examens et qu'ils étaient ensuite détruits. Toutefois, aucune preuve de cette destruction n'a jamais été fournie. La vente de lots importants de tests PCR usés à des pays étrangers est un secret de polichinelle.

Peu de gens savent qu'ils ont fait don de leur ADN et encore moins que leur ADN peut être utilisé pour le développement de l'industrie biotechnologique à laquelle Netanyahu fait référence. Ils possèdent le matériel génétique de milliards de personnes. C'est le nouvel or.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page