top of page
Rechercher

LE DOSSIER CONFINEMENTS : L'AVOCAT DE MATT HANCOCK DIT " TEXTOS CONFIDENTIELLES"

Entre-temps, on en sait déjà un peu plus sur toute cette affaire. On sait notamment comment le journal The Telegraph est entré en possession de plus de 100 000 textos contenant 2,3 millions de mots. Le dernier mot sur ces messages est donc loin d'être dit.


Qu'est ce qui ressort ? Matt Hancock, voulait publier un livre sur ses mérites en tant que ministre de la santé pendant la pandémie de Covid. L'homme ne craint pas la mégalomanie. L'écriture n'étant pas son truc, il a engagé, contre rémunération, un ghostwriter en la personne de la journaliste Isabel Oakshott qui a noté toutes ses paroles dans l'intention de les incorporer dans le livre qu'elle était chargée d'écrire et lequel s'intitule " Pandemic Diaries ". Pendant l'accomplissement de sa mission, elle a pris note des nombreux textos. Elle est tellement choquée par leur contenu qu'elle a décidé de les copier " dans l'intérêt national " et de les transmettre au journal The Telegraph. Le reste appartient à l'histoire.


Maintenant arrive le chat sur la corde. Matt Hancock a pris un avocat. Dans le reportage ci-dessous, l'homme fait son discours. Il se jette d'abord dans un baratin gigantesque sur le fait que le journaliste a mentionné dans son introduction qu'il était l'avocat de Hancock et l'accuse largement d'une violation des règles de confidentialité au point où toute conversation normale était impossible. A la fin de l'interview, la production a toutefois montré un courriel de l'avocat sur l'écran de télé lequel démontre qu'il avait demandé par écrit avant l'interview de mentionner explicitement qu'il est l'avocat de Hancock.

Peut-on encore être plus pathétique que ça ? Il s'est excusé mais ces excuses sont arrivées trop tard. Le public présent dans la salle était mort de rire. Il s'est complètement ridiculisé et a jeté sa crédibilité dans les toilettes.


L'essentiel de son argument ( qu'il a quand-même dit en passant ) est qu'il considère qu'Isabel Oakshott a violé les règles de confidentialité et que l'intérêt public n'était pas assez grand pour publier ce qu'elle a appris dans le cadre de sa mission. En fait, selon lui, il n'y avait pas d'intérêt public du tout. Un argument ridicule pour couvrir le plus grand mensonge de l'histoire du monde.

Sans doute essaiera-t-il de faire placer les SMS sous l'enseigne de la confidentialité afin qu'ils ne puissent plus être utilisés au tribunal, mais cela ne servira à rien. Même s'il trouve un juge disposé à déclarer que les textos ne sont pas d'intérêt public, leur contenu est connu et cela ne peut être annulé.


Isabel Oakshott n'est pas une inconnue au Royaume-Uni. Elle s'est retrouvée dans les spotlights voici quelques années lorsqu'elle a rendu public que David Cameron avait participé à une cérémonie d'inauguration macabre avec une tête de porc mort pendant ses études universitaires. Une telle situation n'est toutefois pas si inhabituelle. Les étudiants de première année de médecine, de médecine vétérinaire, de droit et de polytechnique sont aussi dans notre partie du monde initiés" par les associations d'étudiants avec des intestins et des restes de bovins morts, des œufs pourris et des tomates. Mais aujourd'hui, Isabel a tiré la balle principale Il paraît qu'elle est menacée et intimidée et refuserait désormais de parler à la presse.


La radio et la télévision flamandes a parlé pour la première fois du dossier de confinements le 6 mars 2023 vers 19 heures. Non pas pendant le JT mais dans un article numérique sobre énumérant les messages qui circulaient sans toutefois publier une seule conversation de chat.

Toute l'affaire est rejetée comme un trip flip de Matt Hancock lui-même qui, selon la VRT, n'aurait pas tenu compte des avis scientifiques et aurait joué son propre jeu pour glorifier sa propre personne. La VRT tente frénétiquement de maintenir le couvercle sur le pot, mais cela aussi n'est une mesure perdue.

Le génie est sorti de la bouteille.




1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page