top of page
Rechercher

L'INFLUENCE DE BIG PHARMA SUR LA COMMISSION DE L'UE

L'ONG Global Health Advocate a mené une enquête approfondie sur la façon dont les contrats de vaccins 2020 et 2021 entre Big Pharma et la Commission européenne ont été conclus. Comme on pouvait s'y attendre, il s'est passé beaucoup de choses qui ne supportent pas la lumière du jour et qui ont été tenues secrètes pour le grand public.


Dans ce lien le rapport de l'ONG GHA :


Voici les éléments clés de ce rapport :

"

Les entreprises pharmaceutiques avaient un pouvoir énorme pendant la pandémie de COVID-19. Pourtant..., la manière dont ce pouvoir était exercé était souvent cachée au public. Les gouvernements ont signé des accords et ont résisté aux tentatives de divulguer davantage d'informations. La protection des intérêts commerciaux s'est souvent faite au détriment d'une plus grande transparence et d'une plus grande responsabilité concernant les prix, les calendriers de livraison, les exigences en matière de transfert de dose et les engagements en matière de propriété intellectuelle. Il s'agit d'informations qui auraient pu améliorer l'accès mondial aux vaccins COVID-19.

Le secret compromettait la santé publique.


Le présent rapport décrit les circonstances dans lesquelles se sont déroulées les négociations du contrat relatif au vaccin COVID-19. Les principales parties prenantes impliquées dans les négociations et la prise de décision partagée

leurs points de vue d'initiés pour ce rapport.

Notre analyse examine le degré d'influence exercé par Big Pharma dans l'orientation du processus décisionnel de l'UE et la manière dont cela a alimenté l'inégalité mondiale. Nous examinons comment les intérêts privés ont été privilégiés, comment le Parlement européen et les citoyens ont été mis à l'écart.

et comment cela a affecté les décisions de l'UE sur les contrats COVID-19 et l'exemption ADPIC. Ce rapport est suivi d'un second rapport, qui est un examen juridique des contrats eux-mêmes.


LES INTÉRÊTS PRIVÉS SUR LA VOIE RAPIDE

Déjà avant la pandémie de COVID-19, plusieurs organisations de la société civile ont a soulevé des inquiétudes quant au rôle et au pouvoir exercé par l'industrie pharmaceutique dans le processus décisionnel de l'UE. Après que le Conseil européen de 2016 a reconnu qu'il y a un problème avec le modèle actuel de "profit passe avant les citoyens " et a demandé à la CE de revoir son système d'incitations, l'industrie pharmaceutique a lancé sa machine de lobbying à Bruxelles et a soumis une proposition de révision de la législation pharmaceutique de base. La législation est prévue pour le début de 2023.


Un exemple du pouvoir de l'industrie pharmaceutique sur l'UE est montré dans l'étude 2019 de Global Health Advocates et Corporate Europe Observatory ""Au nom de l'innovation" dans la recherche en santé.

Cet article montre comment l'association commerciale pharmaceutique et le groupe de pression de l'EFPIA (Fédération européenne des industries pharmaceutiques) ont contrôlé l'ordre du jour et la hiérarchisation des 2,5 milliards d'euros de fonds de recherche publics de l'UE dans le cadre de l'initiative en matière de médicaments innovants (IMI).

L'enquête a révélé qu'au lieu d'utiliser ces fonds pour investir utilement dans des besoins médicaux non satisfaits, l'IMI s'est concentrée sur les domaines qui étaient plus rentables commercialement pour l'industrie. La prépondérance de l'influence de l'industrie dans les structures de gouvernance, de financement et de responsabilité de l'IMI a donné à l'EFPIA un pouvoir énorme dans la prise de décision.


COMMENT LES FONDS PUBLICS ONT ÉTÉ DÉPENSÉS

L'influence des entreprises pharmaceutiques n'a fait que croître pendant la pandémie de COVID-19. Les données sur le lobbying montrent que les groupes de pression et les entreprises pharmaceutiques avaient un accès étendu aux décideurs politiques de l'UE.

Près de 100 réunions avec des hauts fonctionnaires de la CE ont eu lieu entre janvier 2020 et septembre 2022. Ce chiffre ne prend pas en compte les communications informelles telles que des appels téléphoniques spontanés, qui ne sont pas enregistrées dans les registres de transparence.

Rien qu'en 2020 et 2021, Big Pharma a dépensé plus de 30 millions d'euros en frais de lobbying auprès de l'UE. Une fois les vaccins COVID-19 mis au point, les pays se sont précipités pour y avoir accès. Les États membres de l'UE, qui étaient très désireuses d'essayer d'enrayer l'augmentation des infections et des admissions à l'hôpital. Une poignée de sociétés pharmaceutiques ont donc eu la mainmise sur les négociations, dans ce qui était alors considéré comme une situation d'urgence. Pour être plus efficaces et plus rapides, les États membres de l'UE ont convenu d'une approche commune selon laquelle la CE

négocierait et conclurait des accords avec les entreprises pharmaceutiques en leur nom.


PAS D'ARRIÈRE BANC POUR LES CITOYENS ET LE PARLEMENT EUROPÉEN

"Dans un système démocratique, la transparence permet aux gens de participer plus facilement au processus décisionnel. Les institutions ne peuvent jouir d'une plus grande légitimité et efficacité que tant qu'ils restent pleinement responsables devant les citoyens".

Tout le monde peut lire ces mots puissants sur le site web du Parlement européen (PE). Mais si l'on regarde les contrats de l'UE pour le vaccin COVID-19, ce n'est pas exactement comme cela que les choses se sont passées. En réalité, la connaissance publique des conditions spécifiques des contrats était intentionnellement très limitée.


UN VÉHICULE AUX VITRES TEINTÉES

Suite à l'opacité des négociations du contrat du vaccin COVID-19, le PE a commencé à poser des questions sur le processus et la façon dont l'argent public a été dépensé mais aussi sur le contenu des contrats eux-mêmes.

En 2021, le New-York Times a rapporté que les négociations préliminaires entre la présidente, Ursula von der Leyen, et le PDG de Pfizer, Albert Bourla, avaient été menées par SMS, en contournant tous les canaux de communication officiels afin de soustraire le président de la CE à l'examen public.

En janvier 2022, le Médiateur européen - Emily O'Reilly - a critiqué la façon dont la CE a traité une demande d'accès public à des textos entre son président et Pfizer, concluant à une "mauvaise administration" de la part de la CE.

La CE a répondu à cette demande que aucun message de ce type n'avait été enregistré. Le Médiateur a répondu que ""Tous les SMS ne doivent pas être enregistrés, mais que les SMS tombent clairement sous le champ de la législation européenne sur la transparence qui stipule en gros que

c'est le contenu et non l'outil de support qui compte lorsqu'il s'agit d'inclure des documents de l'UE. Les SMS liés au travail devraient être traités comme des documents de l'UE - et doivent donc être enregistrés afin que le public puisse en demander l'accès."


En septembre 2020, plusieurs ONG et eurodéputés ont commencé à soumettre des demandes d'information pour accéder aux documents de la CE conformément à leurs droits en vertu de la loi sur l'accès aux documents.

Règlement européen 1049/2001. Ils ont demandé les noms des négociateurs, les procès-verbaux des réunions, l'accès à la correspondance entre l'industrie et le gouvernement et les négociateurs ou la CE, les comptes rendus des réunions et, surtout, l'accès aux contrats conclus.

Corporate Europe Observatory (CEO) a fait deux demandes différentes, une pour les contrats et une pour les documents connexes.

Olivier Hoedeman, coordinateur de recherche et de campagne chez CEO a partagé avec nous ce qui suit au sujet de leurs demandes : " pour l'une, les contrats, nous avons obtenu très tôt un rejet et de l'autre nous n'avons pas eu de réponse du tout ".

Le Médiateur a alors ouvert une enquête sur le refus de la CE d'autoriser l'accès du public aux documents demandés et sur son manquement à traiter la demande. Cela a conduit à la publication de contrats fortement expurgés et à la promesse d'envisager de rendre disponibles les documents relatifs aux négociations. Satisfait de la réponse de la CE, le Médiateur a clôturé l'enquête.


Cinq députés verts, mécontents des contrats communiqués dont la plupart ont été occultés, ont déposé une plainte contre la CE auprès de la Cour européenne de justice. L'eurodéputée Michèle Rivasi (Verts, France), qui fait également partie de l'équipe qui a déposé la plainte contre la CE, pense que la CE ne voulait pas divulguer les contrats parce qu'ils étaient mal négociés et contraires aux intérêts des citoyens.

Les députés verts n'étaient pas les seuls à être mécontents de la façon dont la CE a traité cette affaire. En octobre 2021, la plénière du Parlement européen a adopté une résolution sur la transparence de l'UE dans le développement, l'achat et la distribution des vaccins COVID-19.


Après les promesses non tenues par la CE de publier la plupart des documents

liée aux négociations sur le vaccin COVID-19, le Médiateur a rouvert l'enquête en janvier 2022. Cela a donné lieu à la publication de séries supplémentaires de contrats expurgés jusqu'en juin 2021, après quoi la deuxième enquête a été clôturée. Cependant, le médiateur a demandé que la CE publie tous les documents au plus tard le 18 janvier 2023, conformément à sa promesse antérieure. Le 09.01.2023, l'Observatoire Corporte Europe ( CEO ) n'avait toujours pas reçu de mise à jour.

En marge : le 02.02.2023, c'est toujours pas le cas.


Quel a été le rôle de la Belgique et du Premier ministre Alexander De Croo dans tout cela ? Lisez l'article de Politico. https://www.politico.eu/article/covid-vaccine-poor-countries-waiver-killed/







0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page