top of page
Rechercher

REUTERS : L'OMS A CONSEILLÉ À L'UKRAINE DE DÉTRUIRE LES AGENTS PATHOGÈNES DANGEREUX

11 mars 2022 (Reuters) - L'Organisation mondiale de la santé a conseillé à l'Ukraine de détruire les agents pathogènes dangereux hébergés dans les laboratoires de santé publique du pays, afin d'éviter la propagation de maladies

à la population.


Comme beaucoup d'autres pays, l'Ukraine dispose de laboratoires de santé publique qui étudient les moyens de réduire la menace que représentent les maladies dangereuses qui touchent à la fois les animaux et les êtres humains, dont la plus récente est le COVID-19. Ces laboratoires ont reçu le soutien des États-Unis, de l'Union européenne et de l'OMS.


Les experts en biosécurité affirment que les mouvements de troupes russes en Ukraine et les bombardements des villes ukrainiennes ont augmenté le risque de fuite d'agents pathogènes, si l'une de ces installations venait à être endommagée.


Répondant aux questions de Reuters sur sa coopération avec l'Ukraine avant et pendant l'invasion russe, l'OMS a déclaré dans un courriel jeudi qu'elle travaillait avec les laboratoires de santé publique ukrainiens depuis plusieurs années pour promouvoir des pratiques de sécurité qui aident à prévenir "la libération accidentelle ou délibérée d'agents pathogènes".


"Dans le cadre de ces travaux, l'OMS a vivement recommandé au ministère ukrainien de la santé et aux autres organismes responsables de détruire les agents pathogènes à haut risque afin d'éviter toute propagation éventuelle", a déclaré l'OMS, une agence des Nations unies.


L'OMS n'a pas voulu préciser quand elle avait formulé cette recommandation et n'a pas non plus fourni d'informations spécifiques sur le type d'agents pathogènes ou de toxines hébergés dans les laboratoires ukrainiens. L'agence n'a pas non plus répondu aux questions concernant le suivi des recommandations.

Les responsables ukrainiens à Kiev et à leur ambassade à Washington n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.


Les capacités des laboratoires ukrainiens sont au cœur d'une guerre de l'information qui s'intensifie depuis que la Russie a commencé à envoyer des troupes en Ukraine il y a quinze jours.

Vendredi, la Russie a convoqué les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies pour réitérer, sans fournir de preuves, une vieille allégation selon laquelle l'Ukraine exploite des laboratoires d'armes biologiques avec le soutien du ministère américain de la défense.


Cette allégation a été démentie à plusieurs reprises par l'Ukraine et les États-Unis, où les responsables gouvernementaux avertissent que la Russie pourrait s'en servir comme prétexte pour déployer ses propres armes chimiques ou biologiques.


Izumi Nakamitsu, haut représentant des Nations unies pour les affaires de désarmement, a déclaré vendredi au Conseil de sécurité que les Nations unies n'avaient "pas connaissance" d'un programme d'armes biologiques en Ukraine, qui a adhéré à l'interdiction internationale de ces armes, comme l'ont fait la Russie et les États-Unis, ainsi que 180 autres pays.

Des responsables de l'ONU ont également déclaré que l'OMS, dans le cadre de son travail avec l'Ukraine, n'avait connaissance d'aucune activité dans le pays qui violerait les conventions internationales "y compris les armes chimiques ou biologiques".


La déclaration de l'OMS à Reuters ne concernait que les laboratoires de santé publique. L'agence a déclaré qu'elle encourageait toutes les parties à coopérer pour "éliminer en toute sécurité les agents pathogènes qu'elles rencontrent et à demander une assistance technique si nécessaire". Elle a proposé de contribuer à l'orientation et à la coordination techniques dans la mesure du possible.


Qu'est-ce qui a été dit et n'a pas été dit dans cet article (mais bel et bien entre les lignes) ?


Au moment de l'invasion du Donbass par la Russie, il y avait 43 biolabs financés par les Etats-Unis en Ukraine. Aucun de ces laboratoires n'était situé dans le Donbass, à l'exception de Mariupol, que les Russes ont envahi, recueilli des preuves des pratiques horribles qui s'y déroulaient, y compris un grand nombre de témoignages sur vidéo d'habitants de Mariupol qui avaient été victimes de terribles tests biologiques.


Après l'invasion, une guerre de l'information a en effet éclaté. La Russie a demandé aux Nations unies une enquête menée par des enquêteurs internationaux indépendants. Le représentant des États-Unis a nié avec véhémence l'existence de laboratoires biologiques ukrainiens qui expérimentaient des agents pathogènes dangereux et gagnaient en fonction,financés par les États-Unis, alors que Victoria Nuland a admis presque simultanément, lors d'une audience judiciaire, que les États-Unis finançaient des laboratoires biologiques en Ukraine.

Mieux encore. En 2015 un contrat officiel a même été conclu entre les États-Unis et l'Ukraine à ce sujet.


US-Biolabs-in-Ukraine
.pdf
Télécharger PDF • 19.31MB

L'OMS a serré les fesses. Craignant que toute l'affaire ne soit révélée, elle a conseillé à l'Ukraine d'éliminer les agents pathogènes dangereux et d'effacer les traces. Mais cela ne s'est pas produit.

Bon à savoir aussi c'est que les États-Unis financent toute une série d'autres laboratoires biologiques en dehors de leur territoire (notamment en Pologne, en Bulgarie et en Roumanie) où l'on expérimente avec des agents pathogènes tout aussi dangereux ainsi que le gain de fonction. Pourquoi le font-ils ? Pour protéger la population de ... ? Certainement pas. Dans ce cas, ils chercheraient plutôt à neutraliser les agents pathogènes existants.


La Croix-Rouge sert de machine de transport pour les importants flux illégaux d'argent acheminés vers l'Ukraine. Pour des raisons évidentes, aucun compte n'est tenu des centaines de millions acheminés en espèces.

Ils sont si intelligents que ça.


Truc pourri. Très pourri.




5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page