top of page
Rechercher

PARLEMENTAIR EUROPEEN CONDAMNE PFIZER

Wwhisper.com


Le Parlement européen compte 750 députés issus de 27 États membres. Lors de la débâcle du Covid et des campagnes de vaccination, un certain nombre de députés européens ont littéralement et figurativement tapé du poing sur la table et dénoncé le récit mensonger. Les nombreux effets secondaires des vaccins à ARNm, les couvre-feux, les confinements; l'obligation de porter un masque buccal... Tout ou presque a été couvert. Ils ont toutes été ignorées, moquées ou ridiculisées. Pourtant, ils ne proclamaient que la vérité. Une vérité amère que le monde ressentira pendant longtemps encore.


Comment se fait-il que l’évidence continue à être balayées sous le tapis par les médias et les gouvernements ? Quels intérêts sont en jeu ici ?

En mars 2022, un tribunal américain a condamné Pfizer de publier tous ses documents sur le vaccin Covid. Pfizer avait auparavant exigé le secret à ce sujet pendant 75 ans, ce qui a immédiatement fait comprendre à tout bon observateur que Pfizer voulait absolument cacher certaines choses au public. Le tribunal américain n'avait pas d'oreilles pour la demande de Pfizer. La seule concession qu'elle a obtenue est qu'elle a été autorisée à étaler dans le temps la publication de toute sa documentation : 50 000 pages par mois.


Lorsque la première série de documents internes de Pfizer a été publiée, de nombreux experts et scientifiques ont étudié tous les pièces. Ils ont réalisé que Pfizer avait simplement sauté la phase 2 de la recherche sur le vaccin (tests sur les animaux) mais qu’elle avait immédiatement commencé à tester son produit ARNm qu'elle avait prétendument inventé et mis sur point en juin 2020, sur des humains, soit la phase 3. En juillet 2020, elle a publié les protocoles des critères que les sujets des tests devaient remplir. Les sujets féminins ne pouvaient pas être enceintes ni avoir l'intention de l'être dans les deux mois, ni allaiter. Tous les sujets n'étaient pas autorisés à avoir des rapports sexuels sans préservatif pendant 28 jours après l'injection. Les personnes souffrant de pathologies sous-jacentes ont été exclues, de même que les enfants de moins de 18 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans. Les sujets des tests devaient être en parfaite santé et les tests étaient limités à certaines tranches d'âge. Particulier, non ?


Le 21.12.2020, Pfizer a obtenu de l'Agence européenne des médicaments une autorisation de mise sur le marché provisoire et conditionnelle pour son produit ARNm. Cette autorisation est rédigée en anglais et couvre 146 pages, que peu ont lu. Certainement pas la presse ou peut-être l'ont-ils fait, mais ont-ils décidé de dissimuler le fait que le vaccin Pfizer était encore en phase expérimentale et qu'elle ne devait pas remettre son rapport de recherche final avant le 31.12.2023. Il n'a pas non plus été fait mention des avertissements de l'EMA concernant les facteurs de risque et les effets secondaires déjà connus à l'époque, la myocardite et la péricardite figurant en tête de liste.


Peu de temps après, les serveurs de l'EMA ont été piratés et une série de courriels ont été divulgués, montrant qu'Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, dont le mari a des intérêts dans BioNtech, le partenaire de Pfizer, avait fait pression sur l'EMA pour qu'elle délivre l'autorisation provisoire de mise sur le marché le plus rapidement possible - et donc sans enquête approfondie. Les médias n’ont consacré que quelques mots à ce sujet, alors que cela dénotait très fortement un conflit d'intérêts. La deuxième publication de documents internes de Pfizer a révélé que l'entreprise était parfaitement consciente des nombreux effets secondaires que son produit ARNm provoquait chez un grand nombre de citoyens, jeunes ou vieux. En effet, dans la deuxième série figurait it un rapport d'évaluation " post-vaccination " de pas moins de 8 pages d'effets secondaires enregistrés par Pfizer lui-même, à raison de 52 lignes par page. Cela représentait donc plus de 400 effets secondaires connus qui étaient également tout à fait conformes aux effets secondaires enregistrés par Eudravigileance, Vaers et le site Vigi access de l'OMS. Une multitude d'individus, partout dans le monde, ont dénoncé ces effets secondaires. Ils ont tous été vilipendés et rejetés comme des théoriciens de la conspiration. Big Tech les a systématiquement bloqués et a supprimé leurs messages. Ils n'étaient pas autorisés à être connus. Les infortunés ont également eu droit à des claques de la presse. Pourtant, ils n’avaient que proclamé la vérité. Quiconque qui a pris la peine d'examiner les documents internes de Pfizer (personne n'a jamais prétendu qu'ils étaient faux) et/ou de consulter les bases de données citées ci-dessus a pu constater de ses propres yeux que de nombreux effets secondaires ont été enregistrés, dont certains ont été fatals pour les personnes concernées.


Depuis, M. Bourla, PDG de Pfizer, a été interrogé à plusieurs reprises au cours de diverses audiences judiciaires. Le mec continue de mentir fermement. Il s’adonne à des mensonges depuis le premier jour, lorsqu'il a déclaré avec une tête d’ange devant toute la presse que le vaccin Comirnaty était efficace à 94 % et que le virus n'avait plus aucune chance après deux inoculations. Tout le monde sait maintenant que c'était un gros mensonge. Toutes les personnes âgées ont déjà reçu une 5e injection à ce jour. La France a officiellement lancé la semaine dernière sa campagne pour le 4ème rappel ou la 6ème seringue.

La saga Pfizer continue. Récemment, lors d'une audition Covid devant le Parlement européen, une Directrice de Pfizer a avoué qu'avant le lancement commercial de son produit, la société n'avait pas cherché à savoir si son produit protégeait contre l'infection et l'infectivité ou la transmission du virus. Contre quoi alors ?


Nous savons depuis longtemps que le vaccin Pfizer ne protège pas contre l'infection et l'infectivité. Les experts de l'Etat ont déclaré publiquement il y a plusieurs mois déjà : " nous n'avons jamais prétendu que le vaccin protège contre l'infection et l'infectiosité ". Afin de pouvoir justifier le maintien des campagnes de vaccination ils ont avancé que les personnes qui se font vacciner sont moins malades, tout en sachant pertinemment qu'il n'y a aucun moyen de le prouver. Aucune preuve négative ne peut être fournie. En fait, la pratique démontre que cela aussi est un non-sens absolu.


Le fait que Pfizer lui-même, les politiciens et les gouvernements, ainsi que la presse entière aient menti ouvertement au sujet de ce produit qui provoque des effets secondaires chez de nombreuses personnes donne à réfléchir. Tous ceux qui ont averti le monde d'attendre que davantage de données soient disponibles ont eu raison. Le fait qu'ils aient été critiqués par la presse et considérés comme des théoriciens de la conspiration donne également à réfléchir.


Quoi maintenant ?


En juin et décembre 2020 respectivement, Ursula Von Der Leyen a acheté un total de 4,3 milliards de vaccins de première génération à Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et Astrazeneca, alors que l'UE compte à peine 470 millions d'habitants, enfants compris. Un simple calcul montre que cela permet de réaliser 8 à 9 vaccinations par personne. Bien sûr, ce qui a été acheté ne va pas être jeté à la poubelle comme cela a été le cas après la grippe porcine en 2009. Depuis décembre 2020, une autre quantité sans précédent de vaccins de deuxième génération a été achetée, censée protéger contre Omicron et ses sous-variantes. Ils ne seront pas non plus jetés. L'UE voudra les administrer à tous les citoyens de l'UE qui, cependant, sont de plus en plus réticents à recevoir une énième injection contre " quelque chose " alors que personne n'a la moindre idée de ce à quoi ce truc est réellement bon et s'il y a quoi que ce soit de bon pour l’être humain.


Cliquez ici pour la vidéo concernant les déclarations de Pfizer.


0 vue0 commentaire

Commentaires


bottom of page