top of page
Rechercher

OMS ICD-11 & CODE Z28.310 ET Z28.311

Carine Knapen


Le 11 février 2022, l'OMS a introduit sa nouvelle classification internationale des maladies (CIM-11).

L'OMS déclare à ce sujet ce qui suit :

" La CIM-11 est la norme internationale pour l'enregistrement, la notification, l'analyse, l'interprétation et la comparaison systématiques des données de mortalité et de morbidité ainsi que des données de morbidité. Cette 11e révision est le résultat d'une collaboration sans précédent avec des cliniciens, des statisticiens, des experts en classification et en informatique du monde entier.

La CIM-11 permet aux pays de dénombrer et d'identifier leurs problèmes de santé les plus urgents en utilisant un système de classification actualisé et cliniquement pertinent.

Les états de santé et les accidents reçoivent un code CIM-11, ce qui permet d'obtenir des données qui peuvent être utilisées par les gouvernements pour concevoir des politiques de santé publique efficaces et en mesurer l'impact, ou qui peuvent être utilisées pour l'enregistrement clinique.

Pour la première fois, la CIM est entièrement électronique et donne actuellement accès à 17.000 catégories de diagnostic, avec plus de 100.000 termes d'index de diagnostic médical. L'algorithme de recherche basé sur l'index interprète plus de 1,6 million de termes. La CIM-11 est facile à installer et à utiliser en ligne ou hors ligne, à l'aide d'un logiciel "conteneur" gratuit.


La CIM-11 représente une amélioration considérable par rapport aux révisions précédentes. Elle reflète les progrès décisifs de la science et de la médecine, en alignant la classification sur les connaissances les plus récentes en matière de traitement et de prévention des maladies. La CIM-11 est prête pour la santé numérique, pour une utilisation dans de multiples environnements informatiques, avec une nouvelle API.

Les nouveaux chapitres principaux comprennent les "maladies du système immunitaire", les "troubles du sommeil et de l'éveil" et les "maladies liées à la santé sexuelle".

De nouveaux chapitres et sections supplémentaires permettent l'évaluation du fonctionnement et l'enregistrement facultatif des diagnostics issus de la médecine traditionnelle.

Tous les concepts relatifs à l'enregistrement et à la déclaration des soins primaires sont inclus.

Les améliorations générales du codage dans la CIM-11 permettent un enregistrement et une collecte de données plus précis et plus détaillés.

La CIM-11 offre de nouvelles possibilités de précision clinique. Exemples :

- Codes pour la résistance aux antimicrobiens, conformément à GLASS1

- Codes pour la documentation complète de la sécurité des patients, conformément au cadre de l'OMS pour la sécurité des patients.

- Les détails nécessaires à l'enregistrement des cancers sont entièrement inclus dans la CIM-11.

- Codage spécifique pour les stades cliniques du VIH

- Codage plus pertinent sur le plan clinique pour les complications du diabète

- Codes pour les sous-types courants de cancer de la peau, de basaliome et de mélanome.

- Classification des maladies des valves cardiaques et de l'hypertension pulmonaire, désormais cohérente avec les capacités actuelles de diagnostic et de traitement.

- Codage des accidents de la route et des causes de blessures, désormais conforme aux pratiques internationales actuelles en matière de documentation et d'analyse des données.

L'introduction de codes d'extension permet d'ajouter de manière flexible des détails pertinents pour la documentation clinique et la sécurité du dispositif ou de la substance. Grâce aux codes d'extension, il est possible d'enregistrer des médicaments avec la DCI2 de l'OMS et la nomenclature des dispositifs médicaux de l'OMS, et de documenter la gravité de la maladie,ainsi que la gravité de la maladie, l'anatomie ou l'histopathologie.

Pourquoi l'OMS souhaite-t-elle que les pays passent à la CIM-11 ?

Les données utiles pour la prévention, le financement ou l'évaluation sont mieux produites avec une classification standardisée basée sur les dernières connaissances médicales et scientifiques.

L'OMS fournit une assistance technique pour aider les pays à élaborer leurs plans nationaux de mise en œuvre et à renforcer leurs systèmes de santé et de surveillance. L'OMS a déjà organisé des ateliers de formation dans plusieurs de ses régions.

La liste des codes n'est pas accessible au grand public. Elle est réservée aux professionnels et aux gouvernements.

Mais, grâce à certains organismes officiels, il a été divulgué que l'OMS a prévu les codes Z28.310 et Z28.311.


Le code Z28.310 est le code enregistré dans le dossier médical de toute personne n'ayant pas reçu de vaccin Covid-19.

Le code Z28.311 est le code de toute personne qui a reçu au moins une dose de vaccin Covid, mais qui n'a pas suivi la série complète pour répondre à la définition de "complètement vacciné".

L'OMS a même prévu des codes reflétant les raisons pour lesquelles une personne n'a pas été vaccinée....





En bref, l'OMS veut tout savoir sur chaque être humain de cette planète. Non seulement sur son état de santé et ses éventuelles maladies, mais aussi sur ses éventuels accidents de la route et autres, et sur son statut vaccinal vis-à-vis du Covid-19 (ou plutôt de la quantité d'ARNm dans le sang ?).


Il est pour le moins curieux que l'OMS (et donc aussi les gouvernements nationaux) s'intéresse particulièrement au statut vaccinal des personnes en ce qui concerne le COVID, mais pas à leur statut vaccinal en ce qui concerne tous les autres vaccins, y compris la polio, par exemple, qui, contrairement au vaccin Covid qui est entièrement volontaire, est exigé par la loi.

Plus étrange encore, l'OMS (et les gouvernements nationaux) souhaite également enregistrer les raisons pour lesquelles une personne n'a pas été vaccinée contre le Covid. Cela ne les regarde pas. De facto et de jure, tout vaccin relevant du libre choix est une affaire privée au sujet de laquelle on ne peut même pas poser de questions. Poser la question est une violation du droit à la vie privée. Il est interdit d'enregistrer le statut d'un vaccin et la raison du refus.


Note finale : une enquête a été menée sur les lignes directrices nationales et internationales parce que plusieurs Belges se sont plaints du fait que leur médecin généraliste leur a signalé (et montré) que - à leur insu et sans leur permission - une case rouge portant la mention Z28.310 ou Z28.311 ou "non vacciné" a été placée dans leur dossier médical et qu'ils ont été interrogés par leur médecin généraliste sur la raison de leur refus du vaccin Covid-19.

Cette enquête a révélé que les instructions émanent de l'OMS et qu'elles ont déjà été mises en œuvre à l'échelle nationale sans que le gouvernement fédéral ou les gouvernements régionaux n'en aient informé le public. Cela constitue une grave violation aux droits de l'homme et de ses libertés. Un dossier médical est personnel. Il n'est pas permis à des personnes non autorisées (telles que les pharmacies, comme nous l'avons vu pendant la pandémie) de prendre connaissance du dossier médical d'une personne, y compris de son statut vaccinal. Il n'est pas non plus permis de faire des inscriptions dans un dossier médical sans l'autorisation du patient. Conformément à la loi sur les droits des patients, l'administration d'un vaccin n'est également autorisée qu'après le consentement formel du patient, qui doit être soigneusement informé au préalable du traitement envisagé ("consentement éclairé").




1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page