top of page
Rechercher

LES PAYS DE L'OPEP RÉDUISENT LEUR PRODUCTION DE PÉTROLE

Les pays de l'OPEP ont conclu un accord, appelé OPEP+, par lequel ils ont tous décidé de réduire drastiquement leur production de pétrole entre mai et fin 2023.

Le Sultanat d'Oman a décidé de réduire volontairement sa production de pétrole brut de 40 000 barils par jour de mai à fin 2023, en accord avec les pays participant à l'accord "OPEP Plus".

Dans le même contexte, les Émirats arabes unis (EAU) et le Royaume d'Arabie saoudite (KSA) ont annoncé une réduction volontaire de leur production de pétrole brut. Le ministère saoudien de l'énergie a déclaré que le Royaume mettra en œuvre une réduction volontaire de sa production de pétrole brut de 500 000 barils par jour à partir du mois de mai de l'année prochaine jusqu'à la fin de l'année 2023 et le EAU de 144.000 barrils par jour.

Une source officielle du ministère saoudien de l'énergie a déclaré que cette réduction volontaire de la production s'ajoute à la réduction de la production convenue lors de la 33e réunion ministérielle des pays membres de l'OPEP et des pays producteurs non membres de l'OPEP (OPEP+), qui s'est tenue le 5 octobre 2022.

Le ministère de l'énergie du Koweït a déclaré dimanche qu'il réduirait volontairement sa production de pétrole de 128 000 barils par jour de mai à la fin de 2023, ont rapporté les médias d'État.

La Russie ne fait pas partie de l'OPEP mais a cosigné l'accord OPEP+. Entre mars et juin 2023, la Russie réduira également sa production de pétrole de 500 000 barils par jour.

L'Irak réduit sa production de pétrole de 211 000 barils par jour entre mai et fin 2023

L'Algérie fait de même avec 48 000 barils par jour.


L'OPEP est composée de 13 pays producteurs de pétrole ( + la Russie ).

Cela signifie qu'en termes d'importations de pétrole, l'Europe deviendra encore plus dépendante des États-Unis et du Canada qu'auparavant. Les importations en provenance de la Chine et du Brésil ne sont plus plus d'actualité dans la mesure où ces deux pays ont signé un accord la semaine dernière pour tourner le dos aux États-Unis. L'Iran et l'Irak ne sont pas non plus une option étant donné la situation très tendue entre les États-Unis et l'Iran et les embargos décrétés par le premier à l'encontre des deux pays qui sont suivis par l'UE.

Est-ce que nous allons maintenant vivre une véritable crise pétrolière dans l'UE ?






0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page