top of page
Rechercher

LA FENÊTRE D'OVERTON

Joseph Paul Overton (04.01.1960-30.06.2003) était un politologue américain et vice-président du Mackinac Center for Public Policy. Il est surtout connu pour les travaux qu'il a menés au milieu des années 1990, développant une idée connue depuis lors sous le nom de "fenêtre d'Overton".


La fenêtre d'Overton est un concept politique qui décrit comment l'opinion publique peut être modifiée sur une question. Selon ce concept, des idées considérées auparavant comme ridicules ou répréhensibles peuvent être acceptées à long terme.

Selon ce concept, même les sujets tabous ne sont pas à l'abri. L'opinion générale de la société sur la pédophilie, le viol ou le cannibalisme pourrait ainsi changer radicalement assez rapidement.

Pour cela, il n'est nullement nécessaire de mettre en place un régime dictatorial ou de laver le cerveau de toute la population, mais seulement de développer un ensemble de techniques avancées dont la mise en œuvre passera inaperçue aux yeux de la société.


LES PHASES :


Pour faciliter la compréhension, nous prendrons ici l'exemple de la consommation d'insectes, mais vous pouvez le remplacer par tout autre sujet répréhensible comme, par exemple, la consommation de sang humain, le cannibalisme, la pédophilie, etc.... en guise de substitut. Ou encore, par des vaccins.


Phase 1 : de l'impensable au radical

Dans la première phase de la fenêtre d'Overton, la consommation d'insectes se situe au niveau d'acceptation le plus bas. La société la considère comme immorale. Elle est considérée comme dégoûtante et absurde. À ce stade, la fenêtre est fermée et sans histoire.

Pour faire évoluer l'opinion publique, des scientifiques financés par des groupes de pression intéressés font semblant d'étudier la question et à établir des comparaisons avec les modes alimentaires, les traditions et les rituels des pays asiatiques et africains.


Phase 2 : du radical à l'acceptable

Dans la phase 2, l'idée passe de l'impensable au négociable.

Grâce aux conclusions d'une science corrompue, la société commence à considérer ceux qui s'opposent à l'idée de manger des insectes comme des personnes étroites d'esprit et fanatiques. Ils laissent la science, les médias et les célébrités se convaincre que les insectes sont riches en protéines, savoureux, sains et nutritifs. Manger des insectes devient acceptable et respectable. C'est bon pour la planète.

Étape 3 : de l'acceptable au raisonnable

À mesure que l'idée perd sa connotation négative, les intolérants sont de plus en plus condamnés par la société. Dans la phase 3, la consommation d'insectes devient socialement acceptée comme un choix raisonnable. Les critiques sociales à l'encontre de ceux qui continuent à résister augmentent. Ils sont considérés comme des radicaux opposés à un droit fondamental.


Phase 4 : du raisonnable au populaire

La consommation d'insectes devient un sujet de conversation favori et figure au menu de nombreuses personnes. Les films, les vidéos, les séries télévisées et les émissions de télévision sont remplis d'insectes. Le public est complètement conditionné. Manger des insectes est loué. Rejeter les insectes est condamné. Le phénomène prend de l'ampleur et continue de renforcer son image positive d'aliment populaire.


Étape 5 : du populaire au politique

La fenêtre d'Overton est désormais grande ouverte. Dans cette phase finale, le législateur va légaliser le phénomène. Les partisans de l'insecte se consolident en politique et sont de plus en plus représentés.

Une idée initialement impensable et immorale est entrée dans la conscience collective et est devenue une norme.


L'inverse est également possible avec la fisolophie de la fenêtre d'Overton. Prenons l'exemple de la cigarette. Dans un passé pas si lointain, fumer était socialement accepté et autorisé partout. La publicité en faveur du tabagisme était très répandue. Tous les grands événements sportifs, les courses automobiles, les fêtes ... étaient ornés de publicités pour des cigarettes. Les présentateurs de journaux télévisés fumaient devant les caméras, les artistes, les stars de cinéma, les pilotes, bref, tous ceux qui portaient un certain nom étaient représentés avec une cigarette. Celui qui ne fumait pas était marginal. En quelques années cette situation a été complètement renversée grâce à la technique de la fenêtre d'Overton.


Il en a été de même pour les campagnes de vaccination. L'idée de l'immunité naturelle a été complètement écartée. La santé publique ne peut être préservée que par la vaccination totale de 100 % de la population.

La politique Covid19 a échoué, mais lors de la prochaine pandémie, elle sera encore plus poussée jusqu'à ce que la phase 5 soit atteinte.


La perception publique d'une idée peut changer, même si cette idée est complètemenent farfelue.





8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page