top of page
Rechercher

LA CRISE CLIMATIQUE - PLUS DE GLACE ARCTIQUE MAINTENANT QUE PENDANT L'HOLOCÈNE MOYEN


Le 13.09.2022, le magazine scientifique référentiel NATURE a publié une étude réalisée par 12 scientifiques, avec des références à pas moins de 79 autres études, qui - après des recherches approfondies - ont conclu qu'il y a plus de glace arctique dans les régions polaires aujourd'hui qu'à l'époque de l'Holocène moyen (HM) soit voici 5000-8000 ans. De plus, au cours de cette époque, les étés étaient plus chauds que ce que nous avons connu au cours des 20 à 30 dernières années.

Pendant l'Holocène moyen, la terre était habitée par les Homo sapiens et les Néandertaliens. Peu de gens circulaient sur cette planète. Il n'y avait pas d'industrie et l'agriculture manuelle en était encore à ses débuts. Pourtant, les périodes glaciaires successives ont été entrecoupées d'un réchauffement climatique naturel qui n'avait rien à voir avec les émissions de CO2 qui font tant parler d'elles aujourd'hui, étranglant ainsi les citoyens, les entreprises, l'industrie et l'agriculture et les soumettant à des taxes et des restrictions élevées.

Le climat n'est pas déterminé par les émissions de CO2. Autrefois, la terre était plongée dans un épais brouillard de concentrations élevées de CO2 dues aux gaz naturels. La planète florissait bien. Les plaines arides se sont transformées en immenses forêts. Les arbres transforment le CO2 en oxygène.

La preuve que le CO2 n'ait pas eu le moindre effet sur le climat est clair à partir de la simple observation qu'il y a quand même eu des périodes glaciaires suivies d'un réchauffement en dehors de toute action de l'homme.

A la suite de quoi alors ? Par des phénomènes naturels sur lesquels l'homme et la technologie n'ont aucun contrôle, comme, entre autres, le Gulf Stream. Les îles Canaries et le sud de l'Angleterre bénéficient d'un microclimat toute l'année. Les températures favorables sont dues au fait que le Gulf Stream passe juste sous la côte. Dans les endroits où le Gulf Stream passe près de la côte, le climat est plus chaud que dans les endroits où le Gulf Stream est éloigné.

Les recherches scientifiques menées au cours des 50 dernières années ont montré que le Gulf Stream se déplace continuellement et qu'il s'inverse actuellement plus haut dans le Nord. Cela expliquerait pourquoi les calottes glaciaires du Grand Nord sont en train de fondre.

Vous trouverez ci-dessous une traduction des éléments pertinents de l'étude susmentionnée. https://www.nature.com/articles/s41467-022-33106-1

" Par rapport au climat actuel, l'Arctique s'est réchauffé au cours de l'été de l'Holocène moyen (HM), la glace de mer était moins étendue et l'isolation solaire était plus forte dans l'hémisphère nord.

" Dans le climat actuel, le plateau arctique de Sibérie orientale (ESAS, où la profondeur de l'eau dans la mer de Laptev, la mer de Sibérie orientale et la mer des Tchouktches est inférieure à 100 m) est une zone importante où la glace de mer est de plus en plus saisonnière, avec des conditions presque sans glace en été et une glace de mer entièrement couverte en hiver. Selon les observations modernes, l'Arctique reste largement couvert de glace de mer en juin et juillet, ce qui limite l'absorption directe de l'insolation solaire en raison des albédos élevés. En comparaison, nos résultats montrent que pendant le MH, une plus grande quantité d'eau chaude s'est écoulée dans l'océan Arctique via les rivières pan-arctiques russes que pendant le climat moderne, ce qui a entraîné un retrait plus rapide de la glace de mer pendant le MH. À ce stade, nous soutenons que l'insolation solaire au début de l'été aux hautes latitudes boréales a amplifié le déclin de la glace de mer de l'ESAS en augmentant le débit d'eau plus chaude via les rivières pan-arctiques, en plus de l'effet thermique direct du rayonnement pendant l'HM.

"En conséquence, les diverses reconstitutions par procuration de températures estivales de surface plus élevées impliquent également des températures d'eau douce plus élevées dans les rivières aux hautes et moyennes latitudes pendant le MH", a-t-il déclaré. "Ainsi, tous ces enregistrements de l'IRD indiquent que la glace de mer de l'ESAS a évolué de manière continue depuis le MH. De plus, les valeurs régionales des bio-marqueurs de la glace de mer ont progressivement augmenté de la MH à la LH, indiquant une fonte relativement plus intense de la glace de mer au printemps et en été de la MH. Plus précisément, les données micro-paléontologiques montrent que l'Eurasie était libre de glace pendant l'été du MH. Dans l'ensemble, ces résultats indiquent que la glace de mer régionale a diminué de manière significative pendant la période MH et a augmenté pendant la période LH." La multitude de données disponibles démontre que la couverture de glace dans l'Arctique a été assez stable pendant des centaines d'années et que la situation actuelle est meilleure qu'à l'époque. Il y a 3000 à 7000 ans, la couverture de glace de l'Arctique était nettement plus petite et plus mince qu'aujourd'hui. Pendant cette période, les étés étaient plus chauds. La mer polaire était complètement libre de glace. En outre, il aurait également plu beaucoup plus, ce qui aurait provoqué l'écoulement d'eau douce plus chaude des rivières vers la mer et contribué à la fonte des calottes glaciaires.


Des études scientifiques antérieures, dont une étude de 2008, ont calculé que la température moyenne dans l'Arctique au MH était en moyenne de 2 à 6,5 degrés plus élevée qu'aujourd'hui et que la zone était couverte de glace pendant 5,5 à 9 mois et libre de glace le reste du temps.


Tous les scientifiques qui ont fait des recherches pendant de nombreuses années et prouvé qu'il n'y a pas de réchauffement climatique n'ont pas droit à une tribune. Alors que leurs études sont publiées dans des revues professionnelles réputées, les gouvernements et les médias ne leurs prêtent aucune attention. La peur et la terreur sont semées sur base de l'air chaud (ce qui, bien entendu, n'est qu'une expression, l'air n'est pas chaud).







0 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page