top of page
Rechercher

LA CONVENTION SUR LES GRAINS

Le 18 mars 2022 (soit 3 semaines après l'invasion de l'Ukraine), un accord de grains a été conclu entre l'ONU, d'une part, et la Russie, l'Ukraine et la Turquie, d'autre part, afin d'assurer l'expédition en toute sécurité de grains, de denrées alimentaires et d'engrais en provenance d'Ukraine et d'éviter ainsi des problèmes d'approvisionnement au niveau mondial. Cet accord était valable jusqu'en novembre 2022 et a ensuite été prolongé jusqu'au 25 mars 2023.


Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, il n'y a jamais eu de pénurie de grains et farine en Europe. Tout le cirque de Zelensky sur le fait que la Russie aurait bloqué les ports et empêché le transport de grains (ce que la Russie a toujours vigoureusement contesté) était une pure invention. Les 80 000 tonnes de grains stockées dans les silos ukrainiens (récolte de 2021) ont été expédiées librement. Les prix de la farine, des pâtes et de toutes les autres préparations à base de grains ou farine ont été artificiellement augmentés. Il en va de même pour l'huile de tournesol. Il n'y a jamais eu de pénurie dans ce domaine non plus.


La Russie a déjà accepté une prolongation de 60 jours de l'accord sur les céréales, mais l'Ukraine et l'Occident veulent une prolongation de 120 jours. L'ONU, l'UE et Kiev ne sont pas d'accord avec une extension de 2 mois, car une durée aussi courte n'offre pas de stabilité.


Le 23 mars 2023, le chef de l'ONU, Antonio Guterres, s'est rendu à Bruxelles pour discuter de l'accord sur les grains avec les dirigeants de l'UE.

Selon un communiqué de l'ONU, la réunion de M. Guterres avec les dirigeants de l'UE a fourni "une bonne occasion de discuter des questions mondiales urgentes, y compris l'invasion russe de l'Ukraine et ses conséquences profondes, l'urgence climatique et l'inégalité mondiale croissante".

La Russie chercherait à accroître la pression sur l'Occident pour qu'il assouplisse les sanctions en échange d'une nouvelle extension d'un accord sur les céréales crucial pour la sécurité alimentaire mondiale. Des diplomates européens auraient déclaré que la meilleure stratégie consiste à ne pas céder à ce qu'ils appellent le chantage russe ;


Il s'agit encore d'un mensonge. La Russie n'a pas demandé d'assouplissement des sanctions. Poutine se moque des sanctions qui n'ont aucun effet sur l'économie russe. Il fait ce qu'il veut. Avec succès, d'ailleurs. L'économie et l'agriculture russes sont florissantes, les exportations de gaz et de pétrole sont plus importantes qu'avant les sanctions et la valeur du rouble a fortement augmenté.

Mais là où le bât blesse, c'est que Poutine exige une répartition plus équitable des grains. Comme il l'a déclaré devant 40 dirigeants africains le 20 mars 2023, il regrette que l'Afrique ne reçoive que 3 % des céréales ukrainiennes, alors que l'UE en reçoit 43 %, et a clairement indiqué qu'il veut s'approrier les 100 %.

Étant donné que l'Afrique connaît d'énormes pénuries, M. Poutine a exprimé sa volonté de fournir gratuitement au continent des grains russes pour couvrir ses besoins.


Cela ne plaît pas à l'UE, et donc ils inventent à nouveau des histoires.

À son arrivée à Bruxelles, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré que l'Union européenne "veut s'assurer que la terrible guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine ne conduise pas à l'insécurité alimentaire dans le monde". "Nous devons veiller à ce que les exportations de grains, par exemple en provenance d'Ukraine, puissent se poursuivre", a déclaré M. Scholz.

Le premier ministre estonien, Kaja Kallas, a déclaré que la Russie disposait de 18 ports qu'elle peut utiliser pour ses exportations et que seules 13 des 300 banques russes font l'objet de sanctions.

L'assouplissement des sanctions serait "une très mauvaise chose", a déclaré Mme Kallas, l'un des plus fervents partisans de l'Ukraine en Europe.

"L'agresseur ne comprend que la force. Si nous assouplissons les sanctions, nous suivons leur discours".


L'Allemagne espère que l'accord sur les céréales restera en vigueur, car il est très important. Scholz craint seulement que l'Europe ne soit pas en mesure de réclamer toutes les céréales pour elle-même si la Russie décide de ne pas prolonger l'accord.


Donc, si l'accord sur les grains n'est pas prolongé après l'expiration du délai de 60 jours, à qui ce sera la faute ? De Poutine, bien sûr.


19 vues0 commentaire

Hozzászólások


bottom of page