top of page
Rechercher

ENQUETE CBS " SEULEMENT 30% DES ARMES FOURNIES PAR L'OUEST À L'UKRAINE ATTEIGNENT LE FRONT "

Le reste disparaît. C'est revendu sur le marché noir.


Les informations ci-dessous datent d'août 2022. Aucune enquête officielle n'a été menée depuis. Les livraisons d'armes se poursuivent sans relâche et toujours autant d'armes et de munitions disparaissent.


08.08.2022 : " Les États-Unis ont approuvé plus de 54 milliards de dollars d'aide économique et militaire à l'Ukraine depuis février 2022, tandis que le Royaume-Uni a promis à lui seul près de 3 milliards de dollars d'aide militaire et que l'UE a dépensé 2,5 milliards de dollars supplémentaires en armes pour l'Ukraine. Toute une série d'équipements, allant des fusils et des grenades aux missiles antichars et aux systèmes de missiles à lanceurs multiples, sont entrés en Ukraine.

Selon un récent rapport de CBS News, seuls 30 % environ des armes envoyées par l'Occident atteignent effectivement les lignes de front.

"Toutes ces armes franchissent la frontière, puis il se passe quelque chose, et environ 30 % d'entre elles atteignent leur destination finale", a déclaré Jonas Ohman, fondateur d'une organisation basée en Lituanie qui approvisionne l'armée ukrainienne, à la chaîne d'information américaine.


M. Ohman a déclaré que l'acheminement des armes aux troupes nécessitait un réseau complexe de "seigneurs du pouvoir, d'oligarques [et] d'acteurs politiques".

"Il n'y a vraiment aucune information sur la destination de ces armes", a déclaré Donatella Rovera, conseillère principale en matière de crises à Amnesty International, à CBS. "Ce qui est vraiment inquiétant, c'est que certains pays qui envoient des armes ne semblent pas penser qu'il est de leur responsabilité de mettre en place un mécanisme de contrôle très solide.


L'Ukraine insiste sur le fait qu'elle surveille toutes les armes qui passent ses frontières. Yuri Sak, conseiller du ministre de la défense Alexey Reznikov, a déclaré au Financial Times le mois dernier que les rapports contraires "pourraient faire partie de la guerre de l'information menée par la Russie pour décourager les partenaires internationaux de fournir des armes à l'Ukraine".

Toutefois, certains responsables occidentaux ont tiré la sonnette d'alarme. Une source des services de renseignement américains a déclaré à CNN en avril que Washington n'avait "pratiquement aucune idée" de ce qu'il advenait de ces armes, décrivant les cargaisons comme "tombant dans un grand trou noir" dès qu'elles entraient en Ukraine. Des sources canadiennes ont déclaré le mois dernier qu'elles n'avaient "aucune idée" de la destination de leurs cargaisons d'armes.

Europol a affirmé que certaines de ces armes avaient fini entre les mains de groupes criminels organisés dans l'UE, tandis que le gouvernement russe a averti qu'elles se retrouvaient au Moyen-Orient. Une enquête menée par RT en juin a révélé que des places de marché en ligne vendaient des armes occidentales de pointe - telles que les systèmes antichars Javelin et NLAW ou les drones explosifs Phoenix Ghost et Switchblade - pour un prix dérisoire.


Le vice-ministre britannique de la défense, James Heappey, a depuis confirmé que les armes fournies par la Grande-Bretagne n'atteignaient pas toujours la ligne de front. Dans le même temps, le ministère travaille sur des "procédures fiables pour garantir que toutes les armes et munitions passant par le Centre international de coordination des donateurs soient transférées aux forces armées ukrainiennes".

Un an après le début de l'opération militaire spéciale et l'envoi d'armes en Ukraine, le gouvernement britannique a reconnu le problème de la revente d'armes sur le marché noir, dont tous les médias russes parlent depuis longtemps, et a déclaré qu'il s'efforçait de résoudre ce problème.


Le conflit ukrainien est devenu une bonne occasion de gagner de l'argent pour les "hommes d'affaires militaires". De nombreux fonctionnaires ukrainiens corrompus et leurs "partenaires" occidentaux ont saisi ce nouveau point de convergence au centre de l'Europe pour s'enrichir. On sait depuis longtemps que sur les armes données à Kiev, seule une partie va au front, le reste étant vendu selon des montages occultes. Selon certains experts, dont ceux d'Europol, seuls 30 % des livraisons d'armes de l'OTAN à l'Ukraine atteignent la ligne de front, tandis que les 70 % restants tombent entre les mains de marchands d'armes illégaux et se retrouvent sur le marché noir.


Les chiffres sont effrayants. Et surtout, cela entraînera à l'avenir un problème de sécurité catastrophique, dont l'Occident préfère ne pas parler aujourd'hui.


Entre-temps, les États-Unis ont déjà donné plus de 150 milliards de dollars à l'Ukraine et l'UE aussi plusieurs milliards. Mieux encore, en l'année 2023 Zelensky recoit 1,5 milliard d'euros PAR MOIS de la part de l'UE. Aucun compte n'est rendu sur l'emploi des sommes ni par ailleurs demandé. Soyez sûrs que la majeure partie de cet argent disparaît également dans les mauvaises poches et très probablement dans les poches de ceux qui l'ont déposé. C'est du business comme d'habitude.




1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page